Brest // Rue de Penfeld \\

Accueil > Mobilisation > L’arsenal en question

L’arsenal en question

Article paru dans le Télégramme de Brest le 16/03/99

mardi 12 mars 2002

Un de nos lecteurs, M. Jean-Luc Troadec, ne partage pas l’analyse de M. Grijol (Le Télégramme de mardi) concernant les craintes de celui-ci sur l’ouverture au public de la Penfeld :
« Il faut raison garder. Les activités de la DCN dans la Penfeld n’ont rien de stratégique (atelier d’électricité, de chaudronnerie, de mécanique). Ces activités, il me semble, ne nécessitent pas un périmètre de sécurité de 100 hectares en plein centre-ville. L’accès de la Penfeld aux civils n’est pas un délire anti-arsenal, mais découle d’une réflexion de plusieurs années visant à réorganiser et à optimiser son occupation afin de redynamiser la ville en augmentant son potentiel d’attractivité. De plus, lors des manifestations « Brest Debout » de 1996, il y a eu 20.000 personnes à manifester au mois de juin, mais seulement 3.000 au mois de septembre dont environ 300 personnes sous la banderole arsenal. Il me semble que cette entreprise comptait un effectif d’environ 5.000 personnes. Cherchez l’erreur. On ne peut pas demander à toute une population de se mobiliser pour une entreprise lorsque son personnel ne prend pas la peine de se déplacer pour défendre sa cause. Je n’ai rien contre l’arsenal, mais on ne va pas attendre qu’il n’y ait plus de jeunes à Brest pour songer une fois pour toute à la reconversion des activités économiques de la ville ».  image 57 x 18

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?